[Fear !] Sois bien préparé pour avoir moins peur

Salut à toi, grand maître de l’organisation et de la planification. Te lancer dans un nouveau projet te terrifie ? Ou du moins t’inquiète un peu ? Si c’est le cas, as-tu pris le temps de préparer ce projet en amont ? Es-tu sûr d’avoir pensé à tout ?

Aujourd’hui, je te propose les conseils de 3 grands athlètes qui partagent leur façon de faire pour bien se préparer avant une aventure, une expédition, ou simplement une sortie escalade, pourquoi pas ? Ces conseils sont tirés du livre Fear !, écrit par Roanne van Voorst. (Pour en savoir plus, va voir ici)

Fear !, par Roanne van Voorst

Catherine Destivelle : Rassemble une équipe d’experts à tes côtés

Catherine Destivelle est une grimpeuse alpiniste française. Elle a été plusieurs fois championne du monde d’escalade (rien que ça !). Elle a participé a plusieurs expéditions en haute montagne, mais a surtout entrepris des ascensions solo.

Enfin, en solo… Bien sûr, elle est seule à gravir sa montagne, mais elle se sent accompagnée par tous les gens qui ont pu la conseiller et l’aider à préparer son expédition. Parce que son secret, c’est ça : la préparation. Dès qu’elle a un projet en tête, elle se documente, elle se renseigne sur les gens qui l’ont fait avant elle, des experts dans le domaine. Elle va leur demander conseil, l’air de rien. Son but, c’est d’en apprendre le maximum sur ce qui l’attend pour être la mieux préparée possible.

Cependant, lors de ses recherches et interrogatoires, elle reste vague sur ses intentions. Elle en dit le moins possible sur son projet, pour en rester maître. Tu as déjà remarqué, quand tu annonces à quelqu’un que tu décides d’entreprendre un truc fou qu’il a déjà fait, qu’il se sent obligé de te dire quoi faire et comment le faire ? Hé bien c’est exactement ce que Catherine cherche à éviter. Elle veut rester aux commandes et mener son expéditions comme bon lui semble. On est à 100% responsable de soi. C’est important d’en avoir conscience, de l’assumer et ne pas laisser les autres décider à notre place. (Même si leur expérience est riche d’enseignement, et toujours bonne à prendre !)

Dan Goodwin : Ose avoir des pensées négatives

Dan Goodwin est un grimpeur d’immeubles. Il en a déjà pas mal à son actif, comme le World Trade Center de New York (540 m) ou la CN Tower à Toronto (532 m), pour les plus impressionnants. Il grimpe sans corde, ni aucun matériel de sécurité, sinon des ventouses qu’il a adaptées pour les accrocher à ses pieds et ses mains, pour l’aider dans son ascension.

La visualisation

Tu as peut être déjà vu le nom de Dan dans l’article sur la zen attitude, où je te parle de la visualisation. Pour rappel, la visualisation consiste en vivre mentalement un événement, avec le plus de détails possibles, pour faire croire à ton cerveau que tu as effectivement vécu cette scène. Si tu visualises une action qui te fait peur, tu persuades ton cerveau que tu l’as déjà faite, et que donc tu peux la refaire sans problème. Pas de raison d’avoir peur, donc.

Imaginer le pire

Ce que je ne t’ai pas dit, en revanche, c’est que Dan ne se contente pas de visualiser sa réussite. Il imagine aussi tous les scénarios catastrophe possibles. Quel intérêt, me diras tu ? Si on imagine le pire, ça va complètement à l’encontre du principe de base ! Et bien oui… et non.

Comme Dan grimpe des buildings surveillés jour et nuit, il ne peut pas s’entraîner avant de les grimper pour de vrai. Tout ce qui lui reste, c’est l’observation, son expérience, et son imagination. Se visualiser en train d’atteindre le sommet sans encombre, c’est bien, c’est motivant. Mais ça ne le prépare pas à d’éventuels problèmes qu’il pourrait rencontrer. Et ça, Dan ne peut pas se le permettre. Donc, il imagine tout ce qui pourrait lui arriver en cours de route. (Un pied qui glisse, un problème avec ses ventouses…) Et puis, il trouve des plans de secours, au cas où ça arriverait vraiment.

Par exemple, avant l’un de ses exploits, il a imaginé que ses ventouses n’adhéraient pas à la paroi. La solution qu’il a trouvée : emporter des sortes de crochets pour remplacer les ventouses en cas de problème. Et devine quoi ? En grimpant l’immeuble en question, il s’est aperçu que les ventouses n’étaient en effet pas adaptées à la surface qu’il grimpait, et qu’elles n’accrochaient pas. Il a alors pu réagir vite et sans paniquer, sortir ses crochets et continuer son ascension jusqu’en haut. Imaginer ce scénario catastrophe lui a sauvé la vie ce jour là.

Tu peux faire pareil, et imaginer en amont tout ce qui pourrait mal se passer lors de ce moment qui te fait peur. Et puis prendre les problèmes potentiels, un par un, trouver des solutions, et les visualiser. En t’imaginant avoir ces problèmes, et appliquer les solution adéquates, tu te prépares à toute éventualité. Si, en effet, un de ces problèmes se présente le jour J, tu l’auras prévu, et tu sauras quoi faire, tu pourras réagir rapidement et efficacement.

Le jour J

Si Dan se prépare à toute éventualité, par contre, pendant qu’il grimpe, pas de pensées négatives ! Il reste concentré sur sa version “réussite”. Prévoir les problèmes et réfléchir aux solutions, c’est bien, mais autant ne pas les provoquer en y pensant le jour J.

Jorg Verhoeven : Approche-toi systématiquement de ton but

Jorg est un grimpeur Néerlandais, connu dans le monde de la compétition. Sa technique pour éviter un trop plein de stress, c’est d’être très organisé.

Son projet à Yosemite

Quand il a grimpé le mythique mur El Capitan à Yosemite, USA, il a commencé par faire un planning bien précis de son projet. D’abord, il s’est documenté sur la voie qu’il prévoyait de faire, a lu tous les articles qu’il a trouvés sur le sujet pour se baser sur l’expérience d’autres grimpeurs, sur des faits. Il s’est renseigné sur la météo et la meilleure période pour grimper ce mur. Ensuite, il a estimé le temps qu’il lui faudrait pour s’entraîner sur le mur avant de faire son ascension finale. Il a prévu le matériel nécessaire, la préparation physique et mentale qu’il lui faudrait… Et il a prévu une marge de temps supplémentaire en cas d’imprévu.

“Un planning réaliste augmente les chances de succès”

Jorg Verhoeven, Fear !

Anticipe

Avant de te lancer dans un projet, quel qu’il soit, prévois un maximum de choses. Quelles sont les étapes pour arriver à tes fins ? Combien de temps va te prendre chaque étape ? Peux-tu te permettre de prendre une marge supplémentaire en cas d’imprévu ? De quoi auras-tu besoin ? Combien ça va te coûter ? Y a-t-il des facteurs à prendre en compte, comme la météo, la période de l’année, des réservations…? As-tu besoin d’une préparation physique ou mentale ? Bref, sois le plus exhaustif possible. Mieux tu seras préparé, plus il sera facile de réussir. Tu auras déjà fait une partie du travail, et tu t’éviteras de grosses pertes de temps, et du stress.

Voilà, j’espère que ces conseils et astuces te seront utiles, et que tu trouveras ton bonheur. Je te conseille d’en tester un maximum, même ceux qui ne disent pas grand chose. Tu pourrais être surpris. 🙂

N’hésite pas à partager en commentaire tes techniques à toi pour être bien préparé. Ca pourrait aider les copains, et perso je serais ravie de les essayer.

En attendant, je te souhaite bonne chance dans tes projets (grimpe ou autre), et bonne préparation ! 😉

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *